Le mot du jour

пожима́ть/ пожа́ть ру́куVerbes inperfectif/ perfectif
serrer la main

Exemple:
Я хочу́ пожа́ть ру́ку президе́нту.

Je veux avoir serré la main du Président.
pleurs

Login

Sentinelles de pierre

Exposition dessinDe retour de son voyage en Géorgie avec notre association, Michel Eliautou expose ses dessins tout le mois de Novembre 2012.

Le vernissage aura lieu le Mercredi 7 Novembre 2012 de 18 à 20h au café des mots 48, rue du puit neuf à Aix en Provence. www.lecafedesmots.fr

Venez nombreux decouvrir les tours de Svanetie; ces sentinelles de pierre qui lui ont fait penser au roman de D Buzzati "Le desert des tartares".

Lire l'article de Michel "Voyage en Svanétie, dans le Caucase".

 

Le Caucase est une chaîne montagneuse avec des sommets qui atteignent les 5000m  et qui va de la Mer Noire à l’Ouest à la Mer Caspienne à L’Est. La Svanétie est un ensemble de très hautes vallées dans la partie Nord Ouest du Caucase, partie la plus élevée de cette chaîne montagneuse qui forme une barrière difficilement franchissable entre la Russie et la Géorgie.

Dans chaque village de Svanetie on peut voir plusieurs hautes tours telles que j’ai tenté de les dessiner. Ces hautes tours qui veillent sur la vallée m'ont fait penser au roman de Dino Buzzati  "Le désert des Tartares".
Pour vous en rappeler brièvement l'histoire : Le lieutenant  Giovanni Drogo  est affecté  au fort Bastiani. Le fort Bastiani est une citadelle sombre et silencieuse dans une montagne aux confins du pays. Il sert à surveiller un désert par lequel doit venir un improbable ennemi. Années après années ceux qui le gardent épuisent leur vie dans cette attente infinie de l'événement  qui couronnera leur carrière. Toujours espéré jamais réalisé, cet insaisissable événement ne surviendra qu'à la mort de Drogo.
Métaphore de la vie passée à attendre ce qui serait "la vraie vie" : l'événement exaltant qui représenterait un idéal de vie. On peut y voir aussi l'insaisissable objet du désir....

Bref, ces hautes vallées, ces puissants  sommets montagneux, ces tours sombres et massives qui semblent attendre un envahisseur qui ne viendra pas, ce pays rude, sévère, tout ceci m'a fait penser au "Désert des Tartares".

Les hautes tours de Svanetie semblent surveiller le fond des vallées d’où peut venir l’envahisseur.

Sentinelles de pierre
Elles attendent depuis des siècles
Un envahisseur qui n’est jamais venu.
Attentes de pierre
Leurs yeux de créneaux ne sont plus que des regards vides.
Adossées aux parois du Caucase
Au fond de ces hautes vallées
Nombreuses et disséminées dans les villages
Que protègent-elles ?
Chaque village ? Peut-être, mais pas seulement.

Les invasions ne pouvaient venir que des échancrures sud des vallées. Certainement pas du nord.  Les hauts sommets de l’immense barrière montagneuse ne permettent pas à un envahisseur de passer en grand nombre. Cependant elles furent certainement très efficaces puisque jusqu’à ces toutes dernières années personne ne put pénétrer ces étroites vallées sans l’assentiment de leurs farouches habitants. Mais comme nos propres châteaux du Moyen Age et comme dans le roman de Buzzati, une citadelle par village n’eut-elle pas suffit ?

Qui donc protégeaient-elles ? Si l’on y regarde de plus près elles sont plus ou moins chacune attenantes  à une ferme.
Alors est-ce que chaque famille possède la sienne ? à  les dénombrer il  semble bien que oui. Quand l’on sait que chaque famille se compose souvent d’une quarantaine de membres, on peut plutôt parler de clans familiaux. Chaque clan familial  se protégeait-il donc individuellement au lieu de participer à une défense collective ?

L’explication c’est : « la vendetta » entre les différents clans familiaux, entre villages ou bien à l’intérieur d’un même village. Elle a été jusqu‘à une époque très récente  une  pratique bien ancrée dans ces vallées. Certains chants tel  « Sohar-Tsioq » chanté par l’ensemble géorgien « Riho », font états de vengeances entre clans qui durèrent plusieurs générations. D’autres chants (« Vitsbil-Matsbil ») célèbrent la lutte de ces populations contre toutes formes d’autorité extérieure : « La libre Svanétie »

Je disais « un envahisseur qui n’est jamais venu », ce  n’est pas tout à fait exact. Il semble que, probablement un peu comme en Afghanistan, durant la période de l’Union Soviétique le pouvoir central soviétique ait essayé, sans réel succès, de  soumettre ces populations rudes et férocement résistantes. Une « invasion » a par contre réussi en 2008. C’est par une opération de police que le pouvoir central  Géorgien a  imposé la loi commune et mit fin brutalement aux guerres des clans en emprisonnant la quasi totalité de ses chefs. Il semble que ce soit seulement depuis ce moment là que  ces vallées ont pu être pénétrées en toute sécurité par les géorgiens puis par les touristes étrangers.

Tel que nous avons pu le constater visuellement la pénétration semble avoir été vraiment  radicale : Mestia, la capitale de la Svanetie, est depuis deux ans  en cours de totale transformation en future station de ski pour, probablement, de riches russes avec la construction d’un aéroport et de résidences secondaires.
Ainsi ces vallées semblent avoir été et être encore le théâtre de toutes sortes de formes de brutalité : violences ancestrales  entre ses habitants,  violences  de la part du monde extérieur du fait de tentatives d’invasions au cours des âges et actuellement, pour des raisons économiques, du fait de la transformation complète du mode vie  de ses habitants : ultime et seule véritable invasion que les sentinelles de pierre ont été impuissantes à contenir !

Voilà brièvement résumée l’histoire millénaire de ces tours devenues …… « tour-istiques ».
 
Je dois cependant ajouter que l’accueil fait aux touristes que nous étions a été tout à fait agréable et très sympathique !

 

© 2008 lecrepa | Joomla Template by vonfio.de